Google+ Badge

dimanche 6 avril 2014

Que puis-je faire pour les autres ?







             Le mieux que vous puissiez faire pour les autres, c' est de représenter à
leurs yeux un modèle attrayant d' estime de soi et d' intégration  sociale. On manque
dramatiquement en ce bas-monde de modèles sains auxquels se référer. En vous
aimant vous-même, vous constituerez pour les autres un modèle visible, équilibré
et positif, pour le cas où ils décideraient de changer. En acceptant vous-même les
 autres et les circonstances tels qu'ils sont, en fuyant les sentiments de culpabilité,
 en encourageant les autres, en assumant vos responsabilités vis-à-vis de vous-
même et en vous recentrant quand il le faut, vous prouverez que c' est possible et
vous donnerez aux autres un bon exemple. C' est de loin l' enseignement le plus
convaincant et, bien souvent, nous ne nous rendons même pas compte que d' autres
nous prennent comme modèles.
La pratique de l' estime de soi est constituée en grande partie d' actions et non de
paroles; ces comportements ne peuvent s' apprendre que par l' exemple.
Paradoxe: plus vous en faites pour vous-même, meilleur vous devenez en tant
que modèle pour les autres. Initiez le mouvement en marchant et d' autres vous
emboîteront le pas ...


          Si vous pouvez vous accepter tels que vous êtes, si vous cessez de vous
mettre en tête de devenir parfait, alors vous pourrez accepter les autres avec leurs
imperfections. Cette acceptation est irrésistible, elle laisse les autres libres de s'
accepter aux-mêmes. Si vous pouvez vous pardonner vos propres erreurs et en
tirer les enseignements, ceux qui vous entourent sentiront que vous leur offrez
 une alternative quant à la façon de réagir à leurs propres erreurs. Bien sur, ils sont
libres de ne pas vous imiter, mais ils ne pourront plus se donner l' excuse
traditionnelle : " tout le monde autour de moi essaie d' être parfait." Quand vous
vous détachez de vos remords et de vos mortifications, vous prouvez par l' exemple
que c' est possible. Chaque fois que vous dites "non" à quelqu'un, vous lui laissez
la liberté de vous dire "non"  à son tour. Si vous pouvez dire " non " à quelqu'un
sans remords, vous laissez l' autre libre de faire de même. En vous occupant de
satisfaire vos propres besoins, vous laisser les autres libres de s' occuper des leurs.
Si vous prenez des risques, les autres seront plus susceptibles d' en prendre à leur
tour. Et ainsi de suite. Les gens qui vous entourent ont une influence sur vous.
Vous réagissez à chaque encouragement, à chaque appui; le négatif et les choses
décourageantes ne vous laissent pas indifférents. Vous avez besoin d' une dose
supplémentaire de positif pour servir d' antidote à tout ce négatif. Vous pouvez
constituer un pole positif dans votre milieu.

         
         Une des plus remarquables qualités qui peuvent faire de nous des modèles
pour les autre, c' est l' amour inconditionnel. Quand nous détenons l' estime de
nous-mêmes et pratiquons cet amour inconditionnel vis-à-vis de nous, notre être
 tout entier constitue pour les autres un modèle de comportement. Nous n' avons
 pas à faire quoi que ce soit, notre démonstration réside dans notre état d' être. En
nous laissant nous-mêmes libres d' être, nous laissons les autres libres d' être à leur
. Le jour où nous cessons d' excuser nos échecs en invoquant des facteurs externes,
nous mettons un terme à ce petit jeu de reproches. Nous procurons
ainsi aux autres un havre de sécurité, et Dieu sait qu' ils en ont désespérément
besoin.


        L' intégration sociale n' oblige pas les autres à changer. Au contraire, elle
laisse les changements survenir, et elle encourage les améliorations. L' intégration
sociale, extension de l' estime de soi à autrui, suscite croissance et développement.
 Nous avons besoin des autres pour apprendre d' eux et pour leur apprendre, pour
 établir des rapports interactifs avec eux, pour partager notre découverte de nous-
mêmes, et pour nous réjouir ensembles de nos propres découvertes. Nous avons
 besoin des autres car nous sommes tous liés, unis; nous faisons partie du même tout,
nous pouvons croître ensemble et converger d' un même pas vers l' unité suprême.
Nous ne pouvons pas faire cela tout seuls. Nous avons aussi besoin des autres pour
mettre à l' épreuve la rupture de notre isolement du monde; nous avons besoin des
 autres autant qu' ils ont  besoin de nous, non pas pour les prendre en charge mais
pour nous montrer accueillants,non pas afin de faire des choses pour eux, mais afin de
 faire des choses avec eux.


Bref, la meilleure chose que nous puissions faire pour les autres, c' est exactement
ce que nous pouvons faire pour nous-mêmes.

dimanche 30 mars 2014

Quel est le role de la sexualité dans l' amour ?






              Cette question est souvent posée par des gens qui ont des relations
satisfaisantes au sein d' un couple qui bat de l' aile ou qui, a contrario, sont
satisfaits de leur couple mais n' ont avec leur conjoint que peu de relations
sexuelles,voire pas du tout.
Peu de problèmes semblent aussi épineux que celui de la sexualité dans le
couple. La sexualité et l' argent sont les deux thèmes qui divisent le plus les
couples. Le modèle occidental nous enseigne que l' une des qualités majeures
d' un couple, c' est l' attrait réciproque des conjoints. Comme beaucoup d' entre
nous en ont fait la douloureuse expérience, ce qui nous attire vers l' autre
au premier regard s' use à long terme et finit souvent par nous répugner.
La compatibilité sexuelle ajoute certainement une dimension merveilleuse
à la vie du couple mais elle ne suffit pas à en assurer la pérennité.

             Andrew Greeley a décrit la sexualité comme un don de Dieu, une sorte
de jeu et de répétition conduisant à l' unification: elle permet de devenir un
avec l' autre , et en fin de compte avec Dieu. C' est une vision des choses
comme une autre.
 Une expérience sexuelle réussie constitue une  des grandes joies de la vie,
un cadeau qui nous rend heureux d' être vivants et un exutoire providentiel
à toutes les tensions nerveuses et mentales. Elle nous donne l' occasion
 de jouer, partager, de nous découvrir nous-mêmes et de découvrir l' autre
 dans une dimension naturelle non verbale, véritablement unique. Une vie
sexuelle épanouie renforce les liens d' un couple équilibré.
Mais elle ne peut remettre d' aplomb un couple qui se déchire. On confond
 souvent sexualité et intimité, car certains couples ne se rapprochent qu' à
 l' occasion de leurs relations sexuelles. La sexualité renforce l' intimité, elle ne
 la crée pas.
Il est intéressant de signaler que de nombreux couples gravement perturbés,
rapportent qu' ils ont une sexualité d' une intensité phénoménale : ceci ne fait
qu' ajouter à leur perplexité quant à l' avenir du couple.
Quand c' est le cas, la sexualité est alors utilisée pour remplacer tous les
facteurs manquants du couple: communication, tendresse, acceptation,
 partage, etc.

            Nous sommes des êtres sexués; notre sexualité est un attribut de notre
nature. Malheureusement, elle suscite  en nous nombres de conflits et de
questions contradictoires. C' est là une autre conséquence de notre éducation:
dans notre civilisation, la sexualité a mauvaise presse. On a trop insisté sur
l' utilisation de la sexualité et de l' acte sexuel lui-même en tant que moyen
pour parvenir à d' autres buts. On nous a appris soit à afficher notre
sexualité pour prendre les autres au piège, soit au contraire, à la cacher
comme s' il s' agissait de quelque chose de "sale" . On nous a appris que les
 hommes ont davantage tendance que les femmes à exhiber leur sexualité,
et que celle-ci est souvent utilisée comme un moyen pour exercer un pouvoir
ou une pression. Comme notre sexualité fait partie de notre nature, le fait
d' être à l' aise avec elle est un processus naturel intimement lié à notre estime
de nous-mêmes .Plus nous nous aimons, plus nous nous sentons à l' aise dans
notre corps, plus nous acceptons ce que nous sommes physiquement, plus
nous sommes conscients de notre sexualité et moins nous la redoutons.

              Les couples sains, c' est-à-dire ceux composés de deux conjoints sains
ne mettent pas la sexualité sur le même plan que les compétitions sportives.
Les personnes formant un couple équilibré donnent à la sexualité le rôle naturel
qui lui revient, elles ne tiennent pas de statistiques sur la fréquence de
leurs épanchements, pas plus qu' elles ne recherchent la prouesse ni l' exploit.
Les couples expérimentés savent que la sexualité est comme tant d' autres
aspects de la vie du couple: il y a des périodes ou cela marche mieux que
d' autres. Pratiquement, tous les couples traversent des phases ou leur sexualité
leur semble moins importante qu' à l' accoutumée, et ils n' hésitent pas alors
à faire preuve de souplesse.
Il y a des périodes de notre vie ou notre sexualité est plus active,et des périodes
où nous pratiquons une certaine continence. Souvent, ces périodes ne coïncident
pas avec les aspirations momentanées de notre conjoint. Il faut alors
chercher un compromis, accepter l' autre tel qu'il est et se montrer
compréhensif de façon à laisser la sexualité à sa juste place Si nous ne parvenons
pas à cet équilibre dans les autres domaines de notre vie, nous ne parviendrons
pas à nous montrer souples dans celui-ci; nous ne permettrons pas à nos besoins
et désirs sexuels d' évoluer avec le temps.


          La sexualité est propre à chaque couple! . Il revient aux conjoints de trouver leur 
 équilibre par le dialogue, la compréhension et surtout beaucoup d' amour et 
de tendresse.


dimanche 2 mars 2014

Si je change, mon conjoint changera-t-il?






 










  On peut répondre à cette question  de trois manières : Oui, non et peut-être.

Vous allez me dire : " Je suis bien avancé avec ça !


Voici brièvement une réponse:


Oui : Si l' un des pôles du système- formé par le couple- change, tout le système
en est affecté et des changements en chaîne se produisent.

Non: Il nous est impossible de maîtriser des changements sauf en nous-memes;
le fait que nous changions ne garantit pas que l' autre va changer; mais nous
pouvons modifier la façon dont nous percevons l' autre, nous pouvons changer
de sorte à accepter plus facilement l' autre.

Peut-être : certains changements peuvent se produire mais pas forcement
ceux que l' on attendait et pire, pas dans la direction que nous aurions souhaité.


   Il ne faut pas que la motivation pour nous changer nous-memes soit de
transformer l' autre. Si tel est le cas, nous sommes en plein chantage , en
pleine manipulation: nous ne sommes pas sincèrement en train de changer.
Le fait de se changer soi-même requiert, croyez-moi, beaucoup de travail,
un profond désir de changer et un engagement irrévocable dans ce
processus. Quand notre engagement est entaché d' arrière-pensées ( par
exemple, changer l' autre ) et que nous n' obtenons pas le résultat désiré,
nous sommes rejetés dans le cycle de la codépendance. Si vous avez oublié
cette notion , vous pouvez relire mon article: Qu'est ce qu' un codépendant?
C' est nous qui faisons tout le travail, c' est sur nous que pèsent toutes les
responsabilités et la raison pour laquelle nous nous donnons tout ce mal ne
se justifie même pas. Il y a des chances pour que nous nous commencions
à nous sentir amers, dupés ou furieux contre la personne qui persiste
à ne pas changer. Il peut également arriver que nous éprouvions de la
colère vis-à-vis de nous-memes. Tout cela est particulièrement destructeur
et nos efforts se retournent contre nous-memes.


   Si vous choisissez de changer, vous n' avez qu'une seule bonne raison
de le faire: parce que vous voulez changer. Vous avez alors la maîtrise
de ce changement. Souvenez-vous: vous ne pouvez maîtriser que la façon
dont vous choisissez de vous percevoir, ainsi que vos comportements, sur la
base de vos sentiments. Vous ne pouvez rien maîtriser d' autre. La façon
dont l' autre réagit  votre évolution  vous échappe totalement.
En toute logique, vous vous figurez peut-être que, si vous changez en mieux,
vos relations avec ceux qui vous sont les plus proches s' amélioreront en
proportion. Hélas, l' amour est enfant de Bohême et c' est souvent le contraire
qui se produit. Le couple commence à se lézarder, l' entourage pédale dans
la névrose. C' est courant et connu des psychologues s' occupant de thérapies
familiales.  Parfois, la détérioration du système est passagère; la famille se
 stabilise et retrouve l' harmonie une fois que chaque membre s' est habitué
 à ce changement. Mais c' est parfois le contraire qui se produit et le couple
ne résiste pas à ces modifications.
Voila pourquoi il est fondamental que vous ne changiez que pour vous-même,
que vous ne changiez pas que parce qu'il le faut, pour vous, et au diable les
conséquences. Cela ne veut pas dire que tout changement au sein du couple
met celui-ci en péril. Il arrive couramment que des changements positifs
chez l' un ou l' autre conjoint resserrent les relations de couple. Néanmoins,
plus le couple est fragile , moins il a de chance de s' adapter aux changements.
Ce genre de couple, déjà menacé, est source de grandes souffrances pour
ses membres; si votre couple est si fragile que le fait de vous améliorer
le détruise, demandez-vous ce qu'il vous apporte et en quoi il contribue
à la qualité de votre vie.


    Si vous essayez de changer dans le but de faire changer l' autre, vous
déchargez cette personne de sa responsabilité de changer, vous lui attribuez
à l' avance le mérite des transformations qui se produiront en elle.
Quand vous changez vous-même, tout le mérite vous en revient parce que
c'est vous qui le faites; vous vous retroussez les manches, vous ressentez la
souffrance, vous tenez bon et obtenez ce que vous vouliez. Tout le monde
a le droit de se voir reconnaître le mérite de ses changements; ce n' est
pas vous qui avez modifié quoi que ce soit, c' est chacun qui s' est changé
lui-même.

       N' essayez jamais de changer les autres: cela ne marche jamais !

dimanche 9 février 2014

Pourquoi ne puis-changer mon conjoint ?






   Beaucoup de personnes ont , quand ils se lancent dans une vie de couple
une de ces deux illusions pernicieuses:

1. La personne avec laquelle je décide de vivre heureux changera du fait qu' 
elle est avec moi


2. Cette personne ne changera jamais,  elle restera toujours telle qu' elle est 
 aujourd'hui


   Ces deux croyances sont sans fondement, ce sont des illusions. Tout le monde
évolue sans cesse. Nul n' échappe à ce processus de changement. Mais, hélas,
nul ne peut faire changer qui que ce soit.

   Tout au début de ce blog, je vous avais dit que je ne pouvais pas vous changer.
Vous  pouvez vous inspirer de mes articles pour trouver par vous-mêmes des
pistes pour votre développement personnel, vous pouvez  me demander
des conseils, mais en aucun cas je ne peux modifier votre personnalité. C' est
à vous et uniquement à vous de vous changer vous-mêmes.
Dans un couple, c' est le même processus. Vous pouvez vous changer vous-
même, vous pouvez faire des choix nouveaux et abandonner vos priorités,
mais vous ne pouvez pas prévoir ce que votre conjoint décidera de changer
en lui.
Au mieux, vous pouvez etre un modèle susceptible d' aider les gens qui
comptent pour vous et de les encourager dans leurs efforts. Vous pouvez
essayer de leur fournir un environnement stable favorable au changement,
mais rien ne garantit que l' autre changera de la facon dont vous le souhaitez.

   Devenir suffisamment puissant pour pouvoir changer les autres, c' est un
fantasme commun aux codépendants et à beaucoup de petits enfants:
" Si je suis assez gentil, si je fais ce qu'il faut, l' autre va changer."
Mais l' autre ne change que s' il le décide. Si la responsabilité ou le besoin de
changement ne sont pas les siens, il ne change pas d' un pouce.
Ni les enfants ni les codépendants n' ont de maitrise sur le comportement de
l' autre: en endossant cette responsabilité là, ils empêchent meme le chan-
gement de survenir. La seule personne qu' il est en notre pouvoir de changer,
c' est nous-meme . Le fait de souhaiter ardemment qu' une autre personne
change ne le fera pas changer. Investir tous ses efforts pour provoquer
le changement d' un tiers ne fera que nous rendre malade et nous dépouiller
de toute estime de nous-mêmes.

   Exigences, cajoleries, manipulations, menaces, ordres directs, supplications
ou marchandages sont autant d' éléments décourageants, constitutifs d' un
environnement destructeur. Quand nous nous enlisons dans tout ce négatif,
 nous nous changeons nous-memes... en pire. Nous avons tendance à ne plus
 nous occuper de nous-memes   et nous nous enfonçons  dans des comportements
qui vous éloignent de l' estime de nous-memes.
Paradoxalement, notre conjoint continue à faire ce qu'il veut, mais il se sent
désormais le droit de nous faire des reproches du fait que nous l' enfermons
dans une atmosphère négative.

  Ne vous laissez pas piéger par la tentation de jouer au psychologue avec
votre conjoint. Les professionnels le savent : un psychologue ne traite jamais
 sa propre famille.Il est impossible d' etre objectif vis-à-vis des gens auxquels
nous sommes attachés . Si votre conjoint vous demande de l' aide, soutenez 
le et encouragez le à trouver un soutien extérieur .

 De nouveau, occupez vous de vous-meme en priorité. Assumez la responsa-
bilité de votre existence. Comment voulez vous que votre conjoint aille mieux
 si vous,vous n' êtes pas bien dans votre peau ? Assurez-vous que votre vie se
déroule le mieux possible. Ce principe semble simple,mais il n' est pas facile
à mettre en pratique. Focalisez votre besoin de changement sur ce qu'il est
en votre pouvoir de changer, c' est-à-dire, vous-même. Entrainez-vous à
vous accepter d' abord vous-meme, ensuite à accepter votre conjoint.
S' il  vous est catégoriquement impossible d' accepter votre conjoint tel
qu'il est et s' il ne montre aucune inclinaison à changer, alors faites votre
 choix


               Souvenez-vous: c' est vous qui avez choisi cette relation




  

mercredi 1 janvier 2014

Bonne année ! Comment réaliser ses objectifs ?




                                            
Il y a toujours une réalité en début d'année, celle de faire un bilan de 
l'année passée et de se fixer des résolutions pour le Nouvel An. Vous savez
 comme moi que 95 % des résolutions n'aboutiront à rien dans 30 jours.
 Le régime que l'on veut entreprendre, la reprise d' une activité sportive
, l' arrêt du tabac, etc.

Toutes ces bonnes intentions ne sont que des vœux temporaires.

Le processus est toujours le même, l'intention est là, la bonne volonté et
 même la sincérité sont au rendez-vous, mais il y manque plusieurs
 ingrédients


En principe, nous savons ce qui est bon pour nous, c'est pourquoi nous 
prenons des résolutions qui visent habituellement notre mieux-être. 
Cependant, plusieurs critères manquent :
-  Manque de planification
-  Mauvaise préparation
- Manque d' émotion
- Raison est mal définie
-  Information non complète
- Motif qui ne vient pas de nous-mêmes
- Plan mal établi
J'ai mis ces critères en désordre , car ils dépendent des objectifs que vous
 vous fixez vous-mêmes
Voici 7 points importants à tenir en compte pour réaliser ses objectifs

1. Avoir un bon plan

Quand on sait ce que l’on veut, un plan de travail facilite l’obtention de son 
objectif. Alors si vous avez des objectifs qui vous tiennent à cœur, un bon
 plan vous aidera sûrement. Il serait impensable de construire une maison 
sans un plan au départ.

Trois étapes :
  • Concevoir le plan : y mettre toutes les options possibles sans juger
  • de leurs valeurs cela sera fait plus tard.
  • Valider le plan : classer les options, les regrouper, les échelonner
  •  dans le temps, retrancher celles qui sont de trop.
  • Exécuter le plan : par étape avec un suivi flexible et régulier.
2. Se préparer adéquatement

Des conditions gagnantes passent par une préparation adéquate. En plus 
du plan, voir  qui peut vous aider, s’assurer de la séquence logique des 
étapes, des éléments à déléguer. Puis passer par un plan d’action quotidien, 
et une revue hebdomadaire des progrès accomplis.

3. Y mettre de l’émotion
Sans émotion, il n’y a pas de motion. La différence entre de l’eau chaude
 et de la vapeur c’est l’émotion. Si votre rêve est petit, il ne générera pas 
d’émotion et donc pas de motion. Deux catégories d’émotion existent,
 celle d’éviter de la douleur ou celle de créer du plaisir. C’est le levier qui 
peut soulever les grandes causes.

4. Définir sa raison clairement
Le célèbre pourquoi. Sans raison valable, pourquoi le faire? Pour ce faire, 
voici quatre questions bien utiles à se poser pour déclencher l’action 
positive.
a. Pourquoi?
b. Pourquoi pas?
c. Pourquoi pas moi?
d. Pourquoi pas maintenant?
Quand on sait pourquoi, on trouve les comment assez facilement.

5. Être bien informé

Le savoir-faire et le savoir-être permettent l’avoir de se réaliser. 
La connaissance en action est la clé de la réalisation. Tout ce que je ne 
 sais pas me nuit tôt ou tard, tout ce que je connais et que je n’utilise 
pas encore plus. Pour accélérer le processus de réalisation, il s’agit 
simplement d’apprendre de ceux qui ont réussi le mieux dans le 
domaine.

6. Le décider pour soi-même

Faire quelque chose pour uniquement faire plaisir aux autres
 c’est aller tout droit à l' échec. Vous n' aurez pas assez d' énergie pour
 y parvenir. Toute décision de réussir doit venir de vous et être pour vous-
même d’abord. Par la suite, si votre succès rejaillit sur les autres c’est 
un plus et tout le monde y gagne.

7. Rêver grand

Les petits rêves n’ont pas le pouvoir de soulever des foules, ni de faire se 
lever les gens pour les réaliser. Par contre, de petites actions immédiates 
peuvent nous procurer l’énergie nécessaire pour réaliser ce rêve si 
précieux.
Voici  donc la marche à suivre  sur la façon de se fixer des buts et 
des objectifs  pour 2014:

• Se programmer des objectifs concrets et bien définis.
• L'objectif doit venir de vous-mêmes, pour vous-mêmes.
• L'objectif doit être réaliste et réalisable.
• Vos objectifs doivent être dynamisés par des outils concrets.
• Veuillez à entretenir des pensées et une attitude positive.
• Passez à l'action, agissez dans le sens de vos objectifs pour les
 matérialiser.
• Agissez avec flexibilité : changez de voie si plusieurs solutions se
 présentent et que des portes se ferment.  Soyez à l'écoute.

Tout d'abord : vos objectifs doivent être précis.
  Lorsque je parle de  « précis », c'est d'y mettre tous les détails, même
 ceux qui vous semblent sans importance.  Par  exemple : vous désirez
 un nouvel emploi?   Dans quel secteur de la ville?  Combien de jours ou
 d'heures voulez-vous travailler par semaine?  Quel salaire? Quel genre 
d'avantages sociaux?  Avez-vous mis à jour votre C.V?  Etc.… 

Si vous ne savez pas précisément ce que vous désirez, comment voulez
-vous que ce soit possible d'atteindre votre but?  Tout comme pour vos 
objectifs de vie : si vous ne savez pas précisément où vous allez, comment saurez-vous que vous y êtes?

Votre objectif doit répondre à des convictions et des valeurs qui 
sont vôtres et non être imposées de l'extérieur par une pression 
sociale.  Les résultats sont meilleurs lorsque vous le faites parce 
que vous jugez que c'est important pour vous, plutôt que de faire
 plaisir à quelqu'un d'autre, ou parce que vous ressentez de la 
pression de quelqu'un d'autre.

Une autre condition de succès demande que vous sentiez que 
vous avez la capacité d'atteindre l'objectif sans y être contraint,
 sinon le risque de découragement est élevé.  Il faut éviter les objectifs
 qui sont hors de votre portée comme vouloir courir le marathon d'ici 
quelques semaines, si vous n'avez jamais couru auparavant.  
Si vous n'avez pas les compétences, vous risquez davantage de vous 
décourager et d'abandonner.

Dynamisez vos objectifs par des outils concrets comme : les affirmations 
positives, la visualisation créative et l’auto hypnose, et cela de façon 
régulière et assidue et non pas de façon sporadique.

Concentrez-vous sur ce que vous désirez obtenir et non pas sur ce que
vous ne voulez pas. 
En conclusion, cela peut vous sembler anodin ou sans importance, 
mais si vous saviez comme il est essentiel de tenir à jour vos objectifs.  
Vous vous dites peut-être : « j'ai quelques objectifs que je me suis fixés 
l'an dernier ou il y a quelque années! »  Oui mais… sont-ils à jour?  
Désirez-vous encore atteindre ces objectifs?  il y a de fortes chances
 que vous n'en vouliez même plus parce ce que vous avez changé ou 
que les événements dans votre vie les aient rendus obsolètes.

Dans mon cas, je peux affirmer que j'ai atteint plusieurs objectifs,  
parce que je les définis de manière précise et les actualise. Ainsi, 
 je ne les perds pas de vue…   je ne me perds pas de vue.  J'utilise presque quotidiennement, l’auto-hypnose, la visualisation et les affirmations positives,
c'est devenu un automatisme chez moi comme vous pouvez le lire sur 
mon mur Google + ou Facebook ...
Et vous?
Allez…Sortez un papier et un crayon, commencez à dresser la liste de 
vos objectifs pour 2014.  N'allez pas rejoindre la majorité des gens qui
 ont des difficultés à tenir leurs résolutions du Nouvel An!  Vous êtes différent… 
SPÉCIAL!!!

Que 2014 soit l'année des plus beaux et grands défis, pour vous.  
Je vous souhaite  de concrétiser vos rêves les plus grandioses. 
Je vous souhaite une année en OR